OK

OK Cancel

Thank you

Close

Ménopause : tout sur votre peau et les changements hormonaux

  • favoris

"Depuis 1992, les Laboratoires Vichy explorent la spécificité de la peau pendant la ménopause avec pour objectif d’accompagner au mieux les femmes dans ce moment si particulier.

Ménopause : tout sur votre peau et les changements hormonaux

Nous nous assurons ainsi d’accompagner les femmes dans leur quotidien et de mettre à disposition ce que la science a de mieux pour les accompagner. »

Pionnier dans les soins dédiées à la ménopause

Quels effets la ménopause a-t-elle sur le corps et la peau ?

Into Your Skin - Coupe de l'eau

On remarque trois types de changements cliniques sur la peau associés à la post-ménopause : l’atrophie, l’affaissement et la sécheresse.

Au niveau de l’épiderme

Le ralentissement du renouvellement des kératinocytes entraîne une accumulation de « vieux » kératinocytes. La synthèse des lipides décroît causant des changements au sein de la barrière naturelle de la peau. La peau devient donc plus sèche, la desquamation se fait plus lentement, et la couche cornée de la peau est alors plus terne et jaunissante.

Au niveau de la jonction dermo-épidermique

Tout au long du processus de vieillissement, la jonction dermo-épidermique s’aplatit et perd petit à petit sa souplesse. La production de collagène de type VII décline et perd de son efficacité. Ce phénomène est accentué chez les peaux abîmées par le soleil et entraîne une perte de cohésion entre les différentes couches de la peau.
Le collagène de type VII est la protéine principale des fibrilles d’ancrage, qui permettent une bonne cohésion entre l’épiderme et le derme. Les échanges de nutriments entre épiderme et derme sont alors réduits, ce qui altère l’homéostasie cutanée et les propriétés mécaniques de la peau.

Au niveau du derme

On peut constater une réduction de la taille et du nombre des fibroblastes. Ce phénomène a des répercussions sur la production de collagène, de fibres élastines et des glycosaminoglycanes (GAGs) Cependant, la production d’enzymes capables de rompre les protéines dermiques (collagénases et élastases) augmente avec l’âge. Il est prouvé que la production de collagène décline au fil des années et que la solubilité de ces molécules est réduite, entraînant un changement de ses propriétés mécaniques.
Le vieillissement des fibroblastes est accompagné d’une réduction de la synthèse du collagène alors que la synthèse des protéines non collagéniques, elle, reste la même.
Les fibres élastiques sont elles aussi soumises à des changements : elle se raréfient, perdent leur orientation et l’absence d’hydratation altère leurs propriétés élastiques. En plus d’une synthèse de collagène réduite, le vieillissement cutané mène à une fragilisation de l’acide hyaluronique présent dans le derme. Il devient plus sensible à la dégradation de certaines enzymes.

Ménopause et peau relâchée : ce qu’il ne faut pas oublier

FAIT 1

La ménopause est une période de variations physiologiques qui peut avoir les impacts suivants sur la peau :
  • Atrophie
  • Affaissement cutané
  • Sécheresse

FAIT 2

Il existe deux types de changements

CHANGEMENTS PHYSIOLOGIQUES
  • Une réduction majeure de la fonction séborrhée
  • Une modification de la structure dermiquequi cause une réduction de la viscoélasticité de la peau et une apparition de plis lorsqu’on la pince.
  • Une réduction de l’épaisseur de l’épiderme

CHANGEMENTS CUTANÉS
  • Une dégradation des protéines et un ralentissement du processus de desquamation causant l’accumulation de « vieux » kératinocytes.

Tout ce qu'il faut savoir sur la DHEA

La DHEA est une hormone naturellement produite par le corps, bien connue de la communauté scientifique et réputée pour ses bienfaits rajeunissants. Nous avons tous et toutes de la DHEA dans notre corps et c’est elle qui donne à notre peau un aspect jeune et frais. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle on l’appelle plus communément l’hormone de jeunesse.   Ce que nous avons constaté, c'est qu’après la ménopause le corps perd 90% de ses hormones DHEA. Il s’agit d’une perte responsable du vieillissement de la peau. De nombreuses études cliniques ont déjà répertorié les signes de la ménopause sur la peau. Mais ce qui a intéressé Vichy, c’est tout particulièrement l'impact de la réduction d'hormones DHEA sur la peau pendant la ménopause.
L'impact clinique de l'application cutanée a donc été étudié et a démontré un effet sur l'épaississement de l'épiderme, une croissance des glandes sébacées, une réduction de l’aspect « papier de cigarette » de la peau et l’amélioration du teint. Les effets cliniques observés au cours de ces deux études ont servi de référence à une seconde étude qui tendait à mettre en lumière l’effet de l'application cutanée de la DHEA sur l’activation des gènes et leurs protéines associées.


La DHEA est un tel mystère pour beaucoup de personnes, pour cela nous avons choisi de créer cette FAQ pour les éclairer à ce sujet :

Quels sont les effets cliniques du déclin hormonal à la ménopause ?

Les signes cliniques du vieillissement hormonal ont été identifiés il y a quelques années : atrophie, relâchement des tissus cutanés et dessèchement sont les trois principaux changements cliniques associés au déclin des hormones lors de la ménopause.


La peau est affectée à tous les niveaux :

-Dans l’épiderme, la synthèse de lipides est ralentie, d’où la modification de la fonction protectrice de la peau et le dessèchement de la peau. La peau se renouvelle de moins en moins, et devient sèche et terne.

-À la jonction dermo-épidermique, un aplatissement et une réduction de la production de collagène de type IV causent une baisse de l’homéostasie cutanée et donc de la communication et des échanges entre l’épiderme et le derme.

-Dans le derme, on note une réduction de la densité et un relâchement du volume au travers de la baisse de production de collagène, d’élastine et de diverses glycosaminoglycanes (GAG).

Comment en savoir plus sur le vieillissement hormonal ?

Pour comprendre les signes cliniques et leur cause, La Recherche L’Oréal a mené des études pour Vichy. Au niveau physiologique, la peau des femmes âgées est caractérisée par une réduction majeure des fonctions séborrhées (-57%), une réduction de la viscoélasticité et une augmentation des plis cutanés. En 2011, la connaissance à propos de la peau durant la ménopause s'est étendue grâce à une deuxième étude identifiant les protéines impliquées dans le vieillissement hormonal. Le processus de desquamation est ralenti et la différenciation des kératinocytes est boostée, ce qui affecte l’homéostasie de l'épiderme.
* Étude de F. Labrie – Connaissances sur la peau des femmes ménopausées = 58 femmes

Qu'est-ce que la DHEA?

La DHEA (déhydroépiandrostérone ou prastérone) est une hormone stéroïde synthétisée dès l'âge de 7 ans par la glande surrénale, depuis laquelle toutes les hormones sexuelles sont synthétisées. Cette hormone sexuelle régule de nombreux aspects la physiologie cutanée. Le rôle de la DHEA fait d’elle un facteur important dans l’homéostase du corps humain et de la peau en particulier. Sa production atteint son apogée à l'âge de 25 ans puis décline avec l'âge. À l'âge de 70 ans il ne reste plus que 10% de DHEA dans le corps.

Pourquoi s'intéresser à la DHEA ? Quel est son rôle dans le vieillissement cutané ?

Après avoir démontré la connaissance des mécanismes physiologiques du vieillissement hormonal cutané, Vichy s'est intéressé au rôle de la DHEA dans le vieillissement de la peau. Il avait donc été démontré que la DHEA est une hormone essentielle au maintien d'une peau jeune. Mais c’est l'impact clinique de la restauration de la DHEA que Vichy a voulu étudier afin de découvrir si cette hormone pouvait être remplacée et ainsi stopper les signes du vieillissement.   Cette étude a démontré que la DHEA permettait :

-Une amélioration de la fonction séborrhée et hydratante
-Une réduction de la pigmentation cutanée
-Une augmentation de l’épaisseur de l’épiderme

Puis, Vichy s’est penché sur l'impact de l'application topique de la DHEA, prouvant son effet sur l'épaisseur de l'épiderme, sur la hausse du nombre et de la taille des glandes sébacées et une réduction de l’aspect papier de cigarette de la peau ainsi qu’une amélioration du teint.
Ces effets cliniques constatés au cours de ces deux études constituent une référence de base pour une autre étude (génomique et protéomique), dont l'objectif est de démontrer l’impact de la DHEA sur l'activation des gènes et de leurs protéines associées.

L’étude génomique a souligné qu'avec l'application de DHEA, les gènes impliqués dans la prolifération des kératinocytes sont stimulés, alors que ceux impliqués dans la différenciation sont réduits. C'est donc la preuve d'une régulation de l'homéostasie épidermique.
Au niveau dermique, l'application cutanée de la DHEA entraîne une hausse de l'expression des gènes impliqués dans la structure dermique. Ces observations ont été confirmées dans une étude protéomique où l’augmentation de l'expression de collagène de type I et III et HSP 47 a été démontrée.

Vichy a donc identifié la DHEA comme une hormone clé capable de réactiver les marqueurs fondamentaux d’une peau impactée par le déséquilibre hormonal lié à la ménopause.

LES PLUS LUS

Ménopause et perte de collagène : pourquoi ma peau se relâche-t-elle ?

Peau & santé

Ménopause et perte de collagène : pourquoi ma peau se relâche-t-elle ?

Vous n’avez plus 20 ans mais ce n’est pas grave car vous vous sentez beaucoup mieux: vous avez plus confiance en vous, vous avez accompli plus de choses, vous vous connaissez mieux. Mais votre peau commence à se relâcher durant la ménopause. Avant d’envisager une intervention chirurgicale, il y a de nombreuses solutions moins radicales qui peuvent vous aider.

Lire l'article

go to top